A partir du mercredi 28 avril, un anniversaire que Cinecittà si Mostra partage avec les Studios romains inaugurés ce même jour de 1937, les visiteurs pourront à nouveau franchir l’entrée de Via Tuscolana 1055 pour se laisser émerveiller par ce lieu où les rêves prennent vie.

Cinecittà célèbre le même jour son anniversaire et la réouverture au public avec de nombreuses nouveautés. A commencer par l’exposition temporaire de 25 pièces originales extraordinaires provenant des plateaux de tournage de Federico Fellini, des éléments majestueux et baroques créés pour décorer et enrichir les scènes de films comme La dolce vita (1960), Le Casanova de Fellini (1976), La Cité des femmes (1980), Intervista (1987). Pour la première fois, le public pourra admirer de près le Christ rédempteur que l’on voit voler, transporté par un hélicoptère, à travers le ciel de Rome dans la scène d’ouverture du film italien le plus connu au monde, La dolce vita.

Les visiteurs ne manqueront pas d’être impressionnés également par les trois énormes têtes représentant les actrices Joan Crawford, Greta Garbo et Marlene Dietrich réalisées pour La Cité des femmes, ainsi que par un grand bas-relief inspiré de l’antiquité dans lequel est sculpté le visage d’une femme.
Le Casanova de Fellini, qui valut à Danilo Donati, chef décorateur et costumier sur ce film, l’Oscar des meilleurs costumes, fournit l’ensemble le plus nourri avec dix bustes de cardinaux inspirés de la sculpture du XVIIème siècle, les cuirasses de la séquence de la joute amoureuse dans le palais de Lord Talou, ainsi qu’une sculpture de rhinocéros et deux autres cuirasses. Et puis une imposante armure pour cheval, l’effigie du Lion de Saint-Marc, symbole de Venise, la sculpture d’un homme en cire ou encore une cheminée et une baignoire. Du film Intervista, deux splendides torchères marquetées.

Les auteurs de ces merveilles sont des maîtres artisans et artistes du cinéma tels que Gianni Gianese et Adriano De Angelis, capables de travailler le plâtre et la fibre de verre avec un talent qui leur permet d’imiter des matériaux comme le bronze, le cuivre, le porphyre ou le marbre, honorant ainsi le jeu le plus fascinant du cinéma : celui de l’illusion.
Répertoriés dans un nouveau catalogue qui permettra désormais aux sculptures d’être mises en valeur et restaurées avant d’être définitivement installées dans les expositions ou prêtées à des musées, ces objets felliniens sont les plus récents ajouts à la collection d’Istituto Luce Cinecittà dont font déjà partie des pièces majeures récupérées et restaurées au fil des ans comme la Venusia, la luge du film Ludwig : le Crépuscule des dieux et différents costumes et éléments de décor du Pinocchio réalisé et interprété par Roberto Benigni.

La collection liée à Fellini sera visible pendant un mois à partir du 28 avril au sein du MIAC, le Musée Italien de l’Audiovisuel et du Cinéma qui enrichit l’offre muséale Luce Cinecittà depuis fin 2019, avec un voyage à travers 120 ans d’histoire du spectacle italien évoqués par des installations vidéo et des expériences immersives.

Cinecittà si Mostra désire également rendre hommage à trois grands noms du cinéma italien dont cette année marque le centenaire : Giulietta Masina, Alida Valli et Nino Manfredi. Des costumes uniques et remarquablement travaillés sont exposés et honorent à leur tour le travail de costumiers de premier plan. C’est aussi grâce au génie et à la créativité d’artistes comme Danilo Donati (deux Oscars), Piero Gherardi (deux Oscars), Piero Tosi (Oscar d’honneur) Marcel Escoffier et Lucia Mirisola que le savoir-faire italien jouit encore aujourd’hui d’une extraordinaire réputation internationale.

Ce sont donc huit nouveaux costumes qui rejoignent les parcours Ça tourne à Cinecittà et Backstage au sein de Cinecittà si Mostra. Provenant d’importantes maisons de couture spécialisées dans le spectacle telles que Collezione Costumi D’Arte – Peruzzi, Sartoria Farani et Collezione The One, ils ont été sélectionnés par Istituto Luce Cinecittà et A.S.C., l’Association italienne des Décorateurs, Costumiers et Ensembliers, avec la supervision de son président, le costumier Carlo Poggioli.

En suivant l’ordre du parcours, une grande vitrine rend d’abord hommage à Alida Valli avec deux costumes, une robe du soir et une robe de jour, portés par le personnage de Livia Serpieri dans Senso (1954) de Luchino Visconti et crées par Marcel Escoffier avec l’aide d’un tout jeune Piero Tosi. Les accessoires ont été gracieusement prêtés par E. Rancati, historique magasin d’accessoires de scènes qui soutient et collabore avec Cinecittà si Mostra depuis de nombreuses années.

C’est ensuite au tour d’un exemple de la complicité entre le réalisateur Luigi Magni et la costumière Lucia Mirisola, couple dans la vie et sur les plateaux de tournage, avec deux costumes créés pour Nino Manfredi, héros des films Au nom du peuple souverain (1990) et La notte di Pasquino (2003).
Laine brute, coton et jute : voilà les fibres naturelles voulues par Donati pour créer une tunique africaine destinée à Polybe, l’un des personnages du film Œdipe Roi (1967) de Pier Paolo Pasolini, interprété par Ahmed Belhachmi, dont le costume représente la seule exception aux hommages pour les centenaires. Pour accompagner ce costume, la maison Pikkio, créatrice de bijoux pour le cinéma et le théâtre, a réalisé une splendide couronne identique à l’originale perdue.

Le dernier couloir de l’exposition honore Giulietta Masina avec deux robes portées dans le film Juliette des esprits (1965) et une dans Ginger et Fred (1986). Pour le premier film, Piero Gherardi imagine pour Giulietta Masina une garde-robe extrêmement raffinée convenant à une grande bourgeoise, entre tissus plissés et soies shantung. Empreinte de nostalgie, la robe de bal réalisée par Donati en mousseline de soie ivoire entièrement brodée de strass et cannetilles, et cousue de véritables plumes d’autruche blanches, que l’actrice porte pour danser avec Marcello Mastroianni dans la scène la plus célèbre de Ginger et Fred, laissera une trace inoubliable dans la mémoire des visiteurs.

Depuis son ouverture en 2011, Cinecittà si Mostra a exposé plus de 100 costumes de scène qui ont raconté le cinéma italien et international, ses interprètes, la fabuleuse créativité des costumiers et l’excellence des plus grandes maisons de couture théâtrales et cinématographiques italiennes.

Pour permettre à tous de fêter dignement l’anniversaire de Cinecittà si Mostra, le billet unique est de retour et permet de visiter tous les parcours d’exposition au tarif spécial de 15 euros.

La promotion imaginée pour ceux qui désirent s’offrir une pause déjeuner sous le signe du cinéma est également reconduite : le Cinebreak, un billet d’entrée à seulement 10 euros, valable uniquement le mercrei pour une entrée à 13h, qui inclut la visite guidée des grands décors et l’accès à tous les parcours d’exposition.

Ce retour en zone jaune permet aussi la réouverture des expositions et des musées le week-end. Cinecittà si Mostra, les autres expositions et le MIAC seront donc de nouveau ouverts au public Via Tuscolana 1055 tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h (billetterie ouverte jusqu’à 16h30). Les départs pour les visites guidées des grands décors extérieurs sont prévus à : 10h30 – 12h30 – 14h30 – 16h30.

INFORMATIONS SUR L’ACCÈS ET LES BILLETS
Studios de Cinecittà – Rome, Via Tuscolana 1055
Ouverture : tous les jours (sauf le mardi) 10h-18h (la billetterie ferme à 16h30)
Horaires des visites guidées : 10h30 – 12h30 – 14h30 – 16h30
A partir du samedi 8 et du dimanche 9 mai, visites guidées également en français tous les samedis à 11h30 et en anglais tous les dimanches à 11h30.

ACHAT DE BILLETS
Réservation obligatoire à l’adresse visit@cinecittaluce.it 
Adultes 15 € – Enfants (de 5 à 12 ans) 7 €. Gratuit jusqu’à 4 ans.
Billet Famille 40 € (valable pour 2 adultes et 2 enfants jusqu’à 18 ans)
Les billets peuvent être achetés auprès de la billetterie de Cinecittà si Mostra et sur Ticketone.it

Share This
0
    0
    Il tuo carrello
    X